Vasumathi Badrinathan :

musique et danse indiennes,
"un vaste océan"

    
  
   A la Réunion, et depuis des années à présent, la musique et la danse indienne ont su se faire sur la scène culturelle une place que nul ne saurait contester. Récitals, concerts et autres spectacles ont d'ores et déjà touché un large public, de passionnés fidèles ou de curieux souvent conquis. Ce succès est largement dû au talent d'artistes locaux qui, par ailleurs, mettent pour la plupart leur savoir-faire au service d'un enseignement de leur discipline.
   Contacté par la chanteuse et danseuse indienne Vasumathi Badrinathan, il m'a semblé qu'il pourrait être intéressant et utile, dans le cadre du site
Indes réunionnaises, de lui donner la parole et d'apporter ainsi une vision indienne sur cet art apprécié de tant de Réunionnais.

Interview      Voir et entendre     Site Internet et contact


Interview

  • IR : Vasumathi Badrinathan, pouvez-vous d'abord vous présenter aux visiteurs du site "Indes réunionnaises" ?

    VB : Je suis Indienne et je vis à Bombay depuis ma naissance. Je suis Tamoule, ma famille est originaire du Tamil Nadu. Je suis chanteuse de musique carnatique (musique classique du sud de l'Inde) et danseuse de Bharata Natyam (danse classique du sud de l'Inde). La musique et la danse jouent un très grand rôle dans ma vie et cette expérience m'apporte beaucoup de joie, de calme et de profondeur.

  • IR : Vous maîtrisez la langue française, ce qui n'est pas si fréquent pour une Indienne ou un Indien : comment l'avez-vous apprise ? Quels sont vos contacts avec la France ?

    VB : Je pratique la langue française depuis bien longtemps. J'aime beaucoup les langues et je parle couramment plusieurs langues indiennes aussi, ainsi que l'anglais bien sûr. J'ai eu l'occasion d'apprendre le français à l'école et depuis, j'ai continué ma formation en français. Je suis diplômée d'une université française pour des études en français.
       Je connais assez bien la France, la connaissance de la langue facilite beaucoup de choses. Je visite la France pour mes spectacles, des études, des stages etc. J'aime bien le pays, c'est un pays très riche en beauté naturelle et pour moi, personnellement, c'est toujours un plaisir de visiter la France.
       J'étais en France cet été pour donner des spectacles. Je me rappelerai de mes interventions à Paris - au Mandapa et pour l'association Les Comptoirs de l'Inde - deux centres connus qui travaillent énormément dans le domaine de la culture indienne.
       Le public français regarde attentivement et avec intérêt. J'ai présenté des spectacles traditionnels de Bharata Natyam. Beaucoup de spectateurs m'ont dit qu'ils avaient bien compris le contenu de ce que j'avais présenté. J'aime toujours accompagner mes morceaux de quelques petites explications illustrées qui sont importantes, d'après moi. Ces explications facilitent la compréhension. Je me rappelle d'un morceau que j'avais présenté et de ce qu'il avait évoqué auprès d'une personne. J'avais dansé le Nava Rasa - les neuf sentiments, ou rasa, qui existent dans la création. Une spectatrice française est venue me voir à la fin, elle m'a dit qu'elle était touchée par mon spectacle et notamment par le nava rasa. Elle m'a expliqué qu'elle était infirmière, soignant les malades mentaux et que ce morceau de danse lui avait appris la tolérance envers la variété dans la nature humaine. Elle m' a dit qu'elle aborderait désormais différemment son métier, c'est-à-dire, avec plus de tolérance et d'acceptation. Moi, en tant qu'artiste, je suis très contente de réussir, à travers mon art, à toucher les gens, à créer des sentiments et des attitudes positifs chez eux.

  • IR : Connaissez-vous l'île de la Réunion ? Sait-on, en Inde, que cette petite île, département français, compte des centaines de milliers d'habitants d'origine indienne ? Pensez-vous un jour venir dans l'île ?

    VB : Je connais un peu cette île francophone, mais ce pays est beaucoup moins connu en Inde, par rapport à son voisin, l'île Maurice. Je ne pense pas que les Indiens aient beaucoup d'ouverture sur la Réunion.
       Oui, j'aimerais bien visiter la Réunion, la visiter et notamment y présenter mes spectacles. Par ailleurs, puisque la Réunion est francophone, et je parle français,  je compte pouvoir mieux communiquer et transmettre mon art. En plus, étant donné qu'il y a une grande population d'origine tamoule, je suis curieuse de rentrer en contact avec ce peuple et le découvrir. J'aime bien voyager, partager mon art avec les gens d'autres pays. Ce genre de processus est en quelque sorte, un parcours d'apprentissage pour moi aussi. En tant qu'artiste,  avec chaque nouvelle expérience, j'apprends quelque chose. Cela ne me laisse pas indifférente.

  • IR : Pouvez-vous expliquer en quoi a consisté votre formation de danseuse et de chanteuse ?

    VB : La musique et la danse classiques sont des domaines très vastes et profonds. Un artiste met énormément d'années pour se former, pour comprendre la richesse de ces arts, et à mon avis, on ne peut jamais les mâitriser entièrement, dans le vrai sens du mot - car il s'agit d'un vaste océan, dont on ne gagne que quelques petites gouttes. Je viens d'une famille intensément orientée vers les arts classiques. Ma mère était une très belle chanteuse et j'ai été sensibilisée au chant depuis ma naissance. Mon père est un grand connaisseur de   musique carnatique qui a eu l'occasion d'écouter les meilleurs artistes du domaine. J'assistais souvent aux concerts depuis ma plus jeune enfance, l'on accueillait des artistes à la maison, il y avait souvent des séances musique. C'est dans une telle ambiance que j'ai grandi. Tout cela a beaucoup d'importance pour la formation d'une artiste, à côté de l'entraînement qui,  seul, ne peut guère être suffisant.
       J'ai appris plusieurs années avec ma mère qui est restée ma grande source d'inspiration et ensuite, je me suis formée avec un autre gourou également.
       Ma mère voulait que j'apprenne la danse, donc à l'âge de cinq ans, j'ai commencé mon apprentissage du Bharata Natyam. Ma connaissance des domaines jumeaux de la musique et de la danse donne une dimension profonde à mon être, et dans ma vie ; la musique nourrit la danse, et vice versa.

  • IR : Quel est le quotidien d'une artiste telle que vous ?

    VB : Ma journée quotidienne est très simple mais j'ai souvent des journées très remplies. Entre mes répétitions et mes spectacles, je travaille aussi des projets dans le chant et la danse, j'écris aussi des articles concernant la musique et la danse pour la presse et l'Internet. A part tout cela, je réserve beaucoup de temps pour ma famille ce qui est très important pour moi. Je passe beaucoup de temps avec mon mari Badri qui m'aide énormément dans mes activités artistiques, mon père et bien sûr ma fille de huit ans, Sumitra. Je tiens aussi à rester en contact avec quelques très bons amis qui comptent pour moi dans la vie.

  • IR : Selon vous, quelles sont les beautés et les difficultés de la musique carnatique, que vous pratiquez ? Quelles sont ses particularités, en comparaison de la musique occidentale et d'autres formes musicales de l'Inde ?

    VB : J'adore la musique carnatique, c'est une forme de musique très riche, en même temps très douce, qui réussit d'après moi, à toucher les gens. Ce qui est très unique dans la musique indienne par rapport aux autres formes de musique, c'est son côté imagination, créativité. Nous reproduisons beaucoup l'oeuvre des grands compositeurs, mais nous avons en même temps un vaste trésor dans l'élaboration des ragas ou des mélodies, les kalpana swaras et d'autres éléments techniques, qui font appel à la puissance créative de l'artiste. C'est ainsi qu'on dit que la musique indienne appartient à la catégorie "manodharma sangeetam" -  musique qui est issue de sa propre improvisation. Un musicien indien est comme un peintre, il dépeint le tableau, le remplit des couleurs qu'il souhaite, il le peaufine, comme il veut, il dresse une image, qui n'est qu'à lui.
       La musique carnatique a un partenaire - la musique hindoustanie du nord de l'Inde. Bien que la base soit la même pour ces deux systèmes, la musique carnatique est différente dans sa manière de présentation. Un concert carnatique, dit "cutchéri" s'organise très différemment vis-à-vis de la musique hindoustanie. La musique carnatique donne beaucoup d'importance aux compositions ; c'est un genre de musique où beaucoup d'importance est accordée au rythme ou "laya". Nous avons aussi, cet élément très beau : les notes courbées que l'on appelle "gamaka", qui sont très caractéristiques de la musique carnatique et qui l'embellissent.

  • IR : La dimension spirituelle et religieuse est-elle importante dans lapratique de votre art ?

    VB : Pour moi, tout art est un voyage spirituel. Il s'adresse à l'esprit. Le côté religieux en est l'autre dimension. Oui la musique et la danse indiennes sont de base sacrée, leur poésie est sacrée et religieuse, donc la dimension religieuse devient très importante dans la pratique de ces arts. A chaque fois que je chante ou je danse, cette expérience me transforme, rajoute quelque chose de positif, de bénéfique à ma personnalité, à mon être. Les arts classiques, contraire aux formes d'art populaires, sont moins superficiels, ils touchent l'âme de celui qui les présente, ainsi que celui qui les écoute ou les voit. C'est un trajectoire qui transforme, qui amène à une expérience rapprochant plus d'une expérience mystique. Plusieurs auditeurs passionnés (les rasikas) et beaucoup d'artistes considèrent la musique et la danse comme un outil qui aide à atteindre le divin.

  • IR : Que vous apporte la pratique du Bharata Natyam ? Qu'est-ce que cette danse a de spécifique, comparativement aux autres danses classiques indiennes ou aux danses folkloriques ?

    VB : Le Bharata Natyam me fait beaucoup de bien. La danse est bénéfique pour le corps et le coeur. C'est aussi un moyen d'expression de soi. Une expression qui va au-delà des frontières, une expression sans contraintes. C'est ce que je ressens quand j'explore mes membres et mon corps pour m'exprimer par ce bel art.
       Le Bharata Natyam est une forme classique, gouvernée par des règles. Comme tous les autres styles classiques, le Bharata Natyam est très codifié, riche en mouvements, et en expression- expression corporelle et faciale. C'est  un style qui réunit en même temps la rigeur et la grâce.
       Le Bharata Natyam est un style du sud de l'Inde, comme le Mohini Attam, le Kathakali et le Kouchipoudi. Les styles du sud, partagent une région d'origine commune, autrement dit, l'Inde du sud, la musique est la même, la musique carnatique. Mais chaque style est différemment présenté. Les autres genres de danse classique sont largement différents. Chaque style a son charme à lui, il faut s'habituer à les voir pour comprendre les différences et les parallélismes entre ces styles. Pour moi, le Bharata Natyam reste toujours mon style favori, parce que je le pratique depuis longtemps et aussi, parce que d'après moi, personnellement, il réussit à bien mélanger la force avec la grâce, la vitesse avec la lenteur, et une partie solide "abhinaya", ou d'expression, à côté des mouvements de danse pure, le nritta. C'est un style très complet pour moi.

  • IR : Quel conseil pourriez-vous donner à une jeune fille ou un jeune garçon désireux d'entreprendre l'apprentissage de la musique ou de la danse indienne ? Quelles sont les qualités à avoir ?

    VB : La plus grande qualité à avoir est de savoir se donner pleinement. Il faut que l'apprenant se dévoue à son art avec beaucoup de sincérité. L'autre qualité indispensable, c'est l'humilité envers l'art - il ne faut jamais oublier que l'on ne peut jamais être plus grand que l'art.
       Je pousserai vivement les gens à apprendre la musique ou la danse classiques indiennes, car les arts classiques, comme je l'ai dit avant, ont le pouvoir de toucher, de transformer l'esprit. La connaissance du chant, ou d'un instrument, par exemple, vous éloigne non seulement de la routine et la monotonie quotidiennes, mais rajoute une dimension toute autre à la personnalité - une certaine perspective esthétique, une vision plus tolérante et raffinée des choses...

  • IR : Quels sont vos projets et quelles sont vos ambitions professionnelles pour les années à venir ?

    VB : J'espère continuer à faire des spectacles comme toujours, voyager plus et présenter le chant et la danse indienne dans plusieurs pays. En même temps, je souhaite réaliser quelques projets spéciaux que j'avais gardés de côté, faute de temps. Cette année, j'ai sorti deux albums de musique, qui ont connu un bon succès. Je souhaite enregistrer d'autres albums sur des thèmes différents très bientôt. Et notamment je voudrais organiser plus d'activités dans le cadre de mon association Suvibadra Institute of Indian Art and Culture qui a pour but de promouvoir la culture indienne.

 

Haut de page


Voir et entendre

                    *                     *
 


Thillana

                         


Paravasama

 

Haut de page


Site Internet et contact

      Vasumathi est aussi présente sur la Toile à travers un superbe site. Le visiteur y retrouvera avec plaisir tout ce qu'il faut connaître sur la carrière de l'artiste, mais aussi un contenu informatif riche et intéressant. La page d'accueil, très esthétique et illustrée d'un agréable fond musical, donne accès à une rubrique Musique et une rubrique Danse. A l'intérieur, on trouvera entre autres, outre les informations déjà évoquées, des photographies et des enregistrements sonores de grande qualité.
    
     
   L'adresse du site est la suivante : http://www.vasumathi.net

     Par ailleurs, si vous souhaitez contacter l'artiste, commander ses disques... voici son courriel : vasu@vasumathi.net
     Organisateurs de spectacles à la Réunion, n'hésitez pas : Vasumathi est tout à fait disposée à passer par l'île !

  

Haut de page


    

Retour à la page précédente

SOMMAIRE