h  tMars 2002

         

   

Culture      Cérémonies      Infos pratiques      Evénements     

Vie culturelle

 

Récital de poésie

   Un spectacle poétique intitulé Visages archipels se déroulera samedi 30 mars à 20 heures 30 au centre culturel Lucet-Langenier de Saint-Pierre, et sera repris au théâtre Luc-Donat du Tampon le samedi 6 avril.
   Le récital fera intervenir divers acteurs - dans une véritable mise en scène et mise en voix - disant des textes créoles et français du patrimoine poétique réunionnais. Parmi les auteurs, quelques indo-réunionnais ou indo-musulmans du cru, comme Carpanin Marimoutou ou Idriss Issop-Banian.
   Des renseignement au 0262 96 24 60 pour Saint-Pierre et 0262 27 24 36 pour Le Tampon.

 

 

L'ACLAO fête le Nouvel An musulman

   L’Association Culturelle et de Langues Arabe et Ourdou, présidée par Madame Sabiha Banou, célèbre le Nouvel An musulman en organisant une petite fête, dimanche 24 mars à la salle polyvalente de l’hôtel de la mairie de Saint-Denis. au programme : chansons en diverses langues, sketch inspiré par un thème d'actualité (l'élection présidentielle) et distribution de pâtisseries...

 

 

Ziskakan sur scène

    Le vendredi 29 mars, à 20 heures, Gilbert Pounia avec son groupe Ziskakan aux saveurs musicales de plus en plus "indiennes" se produira au Théâtre de Champ-Fleuri, à Saint-Denis. Le public pourra bien sûr entendre les chansons du dernier album, Rimayer.
   Pour tout renseignement, téléphoner au 0262 41 93 00.

 

 

   Stage de danse indienne : voir informations pratiques.

 

Communiqué de l'ARCC

   L'ARCC communique les informations suivantes :

  • Vendredi 1er mars 2002 à 19 heures
    ARCC 160, rue Pelleport 75020 Paris
    Métro Télégraphe - Bus 60
    Rencontre "Couleur Saphir" N°78 sur le thème
    "Démarche identitaire, engagement, création"
    avec
    - Françoise Vergès, Professeur à l'Université de Londres, spécialiste de Sciences politiques,
    auteur d'un essai "Abolir l'esclavage, une utopie coloniale" Editions Albin Michel
    - Philippe Conrath, Diecteur Artistique du festival Africolor et du label de disque COBALT qui co-produit le nouveau CD de Danyel Waro Bwarouz
    - Emmanuel Genvrin : Directeur du théâtre Vollard
    Renseignements : 01 43 15 00 21 - e-mail : arcc2@wanadoo.fr
    Entrée libre

  • Peinture : du 13 au 17 mars : exposition de peintures de Kathleen Scarboro sur le thème de l'Inde du Sud.
    "La route des Indes" - 7, rue d'Argenteuil 75001 Paris
    Métro Palais Royal
    Tel : 01 49 88 08 38

  • Télévision : le jeudi 14 mars sur France 2 : à 12h10, 17h20 et après le journal  de la nuit (vers 0h50) dans l'émission CD'AUJOURD'HUI :  interview et images du concert que Danyèl Waro a donné le 23 février dernier à La Ravine de Saint-Leu à la Réunion, à l'occasion de la sortie du nouvel album Bwarouz.
    Information sur le programme de la tournée dans l'hexagone en mai 2002 sur le site http://www.africolor.com

  • Littérature : 16 et 17 mars : Stand de la poésie réunionnaise (ARCC) au Printemps de Poètes à la conciergerie
    1, quai de l¹horloge 75001 Paris Métro Châtelet ou Pont Neuf.
    Samedi 16 Mars à 16 Heures : récital poétique en hommage à nos poètes disparus.
    Entrée libre

  • 22 au 27 mars : Stand des Editeurs de la Réunion au salon du Livre de Paris.

 

La Réunion sur le petit écran
métropolitain

   La chaîne publique France 3 met la Réunion à l'honneur à partir du samedi 16 mars. En effet, dans le cadre de l'émission Outremers, une série de six reportages consacrés à l'île sera diffusée sur plusieurs semaines, le samedi à 10 heures 15 dans l'Hexagone et le dimanche à 11 heures 15 à la Réunion (sur Télé Réunion).
   Le premier reportage - un 26 minutes -  abordera le thème des origines : découverte, histoire du peuplement, sans oublier un volet économique. Parmi les sujets évoqués dans les reportages ultérieurs, l'un sera en relation avec une des communautés d'origine indienne de l'île, puisqu'il y sera question d'école coranique.

 

 

Tagore et la France

   Pour information, Indes réunionnaises diffuse ce communiqué de la FAFI (Fédération des Associations Franco Indiennes) :

Sous le haut patronage de
Monsieur Jacques Chirac
Président de la République

En coopération avec l’Ambassade de l’Inde en France
Et le soutien de la Délégation permanente de l’Inde auprès de l’Unesco
La Maison de l’Inde, Amitié Franco-Pondichérienne, Sammilani, Mouktodhara
Et la Fédération des Associations Franco Indiennes (FAFI) ont le plaisir de vous inviter à
TAGORE et la FRANCE
Le samedi 16 mars 2002

Colloque-films-débats : 9h30 à 12h30 / 14h30 à 18h30 Salle XI
Soirée artistique et culturelle dédiée à Tagore : 20h30 à 23h00 - Salle I (entrée : 125 av. de Suffren)
Exposition sur la vie et l’œuvre de Rabindranath Tagore du 11 au 16 mars 2002 (Couloirs X et XI)

Palais de l’Unesco 7, Place de Fontenoy, 75007 Paris (M° : Cambronne ou Ségur)

Programme

9h30-12h30 Colloque-débats Salle XI

Tagore, l’homme universel Mme Sharmila Roy
Tagore et la poésie Mme Saraju Gita Banerjee
Tagore, philosophie et spiritualité M. Prithwindra Mukherjee
Tagore, Romain Rolland et la France Mme France Battacharya

14h30-18h30

Films documentaires M. Sylvain Roumette
Tagore et l’Education M. Bikas C. Sanyal
Tagore et le monde moderne
Tagore et le poète tamoul Bharathi M. B. Dassaradane

20h30- 23h00 Soirée artistique et culturelle dédiée à Tagore   Salle I

Danses Soleil d’Or
Poèmes M. Philippe Benoît
Danse Manipuri man style Mlle. Angela Sofia Sterzer
Danse mimée Mlle Maria Kiran
Danse contemporaine Mlle. Angela Sofia Sterzer
L’homme infini Mouktodhara
Musiques et chants du Bengale M .Pabal Das Baul - Mme Ourmimala Sen

Déjeuner et dîner à la cafétéria au 7ième étage

 

 

Un cédérom pour la sauvegarde
du patrimoine oral réunionnais

   L'historien et universitaire Sudel Fuma vient de mettre à la disposition du public des Archives Départementales un cédérom rassemblant des centaines de témoignages de Réunionnais, célèbres ou non, sur leur vécu, sur la vie réunionnaise passée. Selon des propos confiés au Journal de l'Île, "l’intérêt est de sauvegarder la mémoire de la Réunion, explique Sudel Fuma. A l’heure actuelle, la transmission du savoir ne se fait plus. Les traditions, les savoir-faire techniques comme le tressage de vacoa disparaissent. Ces mémoires orales constituent donc une véritable richesse".
   Les témoignages publiés ont été recueillis au cours des vingt dernières années par des étudiants de S. Fuma.

Haut de page


Cérémonies

Avertissement :
Les cérémonies "tamoules" ne seront annoncées qu'à titre exceptionnel, dans
la mesure où elles constituent des manifestations sacrées et souvent privées.
On ne saurait trop recommander aux personnes désireuses d'y assister
de faire montre avant tout de respect (dans leur tenue vestimentaire, dans
leur comportement, dans leur état d'esprit...).

Maha Shivaratri

   Le Maha Shivaratri est la Grande Nuit de Shiva, une fête majeure chez les hindous de l'île Maurice, célébrée beaucoup plus discrètement à la Réunion. Sa date sera cette année le mercredi 12 mars.
   Indes réunionnaises consacre un dossier à cette fête méconnue à la Réunion. Cliquez ici.

 

 

Outtiram kavadi

   Le jour de la pleine lune du mois de Panguni, soit le jeudi 28 mars, le temple de Tamatave à Saint-Gilles-les-Hauts va célébrer la grande "Fête des dix jours" en l'honneur d'une divinité majeure de l'hindouisme chez les Tamouls : Mourouga, fils de Shiva et Parvati,  frère de Ganesh.
   Pour des renseignements plus complets sur cette fête et des photos commentées, consultez la rubrique Gros Plans.

 

 

Carnaval tamoul

   Ce même jour de pleine lune, jeudi 28 mars, correspond à la fête hindoue de Holi (en l'honneur de Krishna) dans le nord de l'Inde, appelée Kâmadahana (en l'honneur de Kâma) dans le sud. Il s'agit en Inde de célébrer le renouveau printanier et la fertilité. Quel que soit l'âge, le sexe, la caste, on s'asperge de poudres et d'eau colorée, on fait des offrandes à l'arbre ashoka, dont les fleurs rouges symbolisent Kâma, le Cupidon hindou, les paysans chantent des chants licencieux et tout se termine autour d'un feu de joie.
   A la Réunion, la commune de Saint-Louis reste le théâtre de ce qui est l'héritier direct de cette fête : le karmon, ou carnaval tamoul. C'est ainsi le samedi 30 mars que la chapelle Pandialé du Gol connaîtra la grande effervescence de la dernière nuit du karmon. Auparavant, dans l'après-midi, l'association Gol Action Culturelle aura proposé sur les lieux un podium avec animations et une exposition.
   Pour plus d'informations, du son et des images, consultez la rubrique Gros Plans.

 

 

Nouvel An musulman et Ashura

   C'est le samedi 16 mars que débutera le mois musulman de Mogaram (Moharram), marquant l'entrée dans la nouvelle année (ra’s al-’âm) . Il s'agit en fait de l’anniversaire de l’exode de Mohammed à Médine, connu sous le nom de l’Hégire (en 622).
  
L'événement ne donne pas lieu à de grandes manifestations. Il est marqué surtout, la veille au soir, par un rassemblement important dans les mosquées où sont rappelés le souvenir et la signification religieuse de l’Hégire.
   Neuf jours après le Nouvel An (lundi 25 mars, donc), c’est l'Ashura, un jour de jeûne expiatoire. Chez les Chiites on commémmore l’anniversaire de la mort du martyr Hussein, petit-fils du Prophète, lors de la bataille de Kerbala (61 de l’Hégire). C’est un moment de deuil et, dans certains pays, de débordements de foi se manifestant dans les rues par l'auto-flagellation. Rien de tel à la Réunion parmi la peu nombreuse communauté chiite.
   Indes réunionnaises souhaite de bonnes fêtes à tous les musulmans de la Réunion.

 

 

Pâques 2002

   Les chrétiens de la Réunion sont en plein mois de carême. La grande fête de Pâques se déroulera en fin de mois : le Vendredi Saint, commémorant la crucifixion du Christ, sera le vendredi 29. Le dimanche et le lundi de Pâques, jour de la Résurrection, correspondront donc au 31 mars et au 1er avril.
   Joyeuses Pâques à tous les chrétiens !

 

N'hésitez pas à consulter le calendrier des fêtes religieuses ! Cliquez.
Le
calendrier 2002 est en ligne

Haut de page


Informations pratiques

 

Stage de danse bhârata-natyam

   Le Conservatoire de Musique et de Danse de Saint-Joseph organise une stage de danse indienne bhârata-natyam, danse classique du Pays Tamoul, du lundi 25 au vendredi 29 mars.
   Le public concerné sera aussi bien celui des adultes que des enfants et des adolescents. L'animatrice, Fabienne Lhuissier, propose deux heures d'activités quotidiennes : assouplissement du corps en musique, barre et sol, positions principales associées à des rythmes de base, gestes des mains (mudrâ), chant carnatique (chant classique de l'Inde du sud), histoire et théorie du bhârata-natyam, travail d’improvisation.
   Les tarifs d'inscription sont de  92 € pour les adhérents et de 115 € pour les non adhérents.
   Renseignements au 0262 56 04 02.
   Pour en savoir plus sur le bhârata-natyam, voir notre Gros Plan.

 

 Découverte culturelle
Réunion profonde

   Derrière cet intitulé généraliste se cache un guide, un homme passionné qui vous permettra de découvrir divers aspects authentiques des cultures indiennes (notamment) de la Réunion : lieux sacrés, marche sur le feu, kâvadi... Pour aller bien au-delà des simples apparences spectaculaires ; pour découvrir histoire, légendes, explications religieuses et philosophiques !
   Les groupes (à partir de deux ou trois personnes) peuvent éventuellement négocier d'autres dates que celles proposées par le guide.

  Les thèmes des découvertes sont les suivants :
- Voir et comprendre une marche sur le feu.
- La Réunion des religions (visites de lieux sacrés : ashram, temple hindou, mosquée, etc.)
- Islam, hindouisme et confucianisme à Bourbon.

D'autres dates encore pour la découverte de "la Réunion mystérieuse" et "esclavage, marronnage et croyances populaires".

   Pour tout renseignement (dates, tarifs, inscription...), téléphonez au   0262 58 02 50.

 

Découverte des lieux de culte
et de rassemblement de Saint-Pierre

   La municipalité de Saint-Pierre a officiellement lancé, le 16 février, les visites guidées de lieux de culte et de rassemblement, un projet déjà relativement ancien auquel j'ai fait allusion dans le corps de ce site. Ce "produit" touristique a pour but de faire découvrir et de mettre en valeur un aspect important du patrimoine local. Ces visites, assurées par un guide interprète spécialement recruté et formé, conduiront le public sur les sites de l'Eglise du Bon Pasteur, du temple chinois de Guand-Di, de la mosquée de Saint-Pierre et des temples Narassinga Peroumal et Maha Badra Karly de Ravine -Blanche. L’histoire, les légendes populaires, les pratiques religieuses, ainsi que l’intérêt architectural et artistique des sites choisis seront l'objet de commentaires et d'informations. Une brochure sera même remise aux visiteurs au terme de leur périple.

  Pour vous renseigner, contactez l'Office de Tourisme du District Sud (Saint-Pierre) :
17, boulevard Hubert Delisle - 0262 25 02 36 - Centre serveur : -25 82 76.

 

Apprentissage de l'ourdou

   Une association basée à Saint-Denis, propose des cours de langue ourdou et de langue arabe. L'ACLAO (Association Culturelle et des Langues Arabe et Ourdou) s'adresse à un public de tous les âges, toutes les cultures, tous les niveaux, et compte plus de cent trente membres.
   Les activités d'apprentissage sont variées et adaptées au public. Il est à noter que, dans un avenir indéterminé, l’association envisage des échanges linguistiques avec l’Inde et l’Arabie Saoudite.

   Pour tout contact : ACLAO, 73,  rue Monseigneur de Beaumont, Saint-Denis. Tél et fax : 0262 20 25 74.

 

Haut de page


Evénements

 

A venir : exposition photographique

   Le GRAHTER (Groupe de Recherches Archéologiques et Historiques sur la Terre Réunionnaise) en partenariat avec le journaliste Jean-Régis Ramsamy présente une exposition photographique à la médiathèque de Saint-Paul, qui sera inaugurée le 14 avril, à l'occasion du Nouvel An tamoul.
   Sous le titre Identités et Représentations des Indiens à La Réunion au 19ème siècle, sera proposée une galerie de portraits tout droit sortis de fonds inexploités des Archives Départementales.
   L'objectif est d' "encourager les férus de notre Histoire à examiner ou à "ré-examiner" l’héritage photographique lié aux "engagismes" ", selon les propos des organisateurs. Je les citerai encore pour avoir un autre aperçu de la teneur et de l'intérêt de cette exposition :
   "Aujourd’hui ces clichés peuvent - selon l’humeur du visiteur - provoquer soit de la répulsion, soit de la sympathie, peut-être d'autres attitudes plus ambiguës. Il faut le reconnaître, en l’état, ces "identités brutes" nous renvoient à des clichés, comme des fichiers de l’univers judiciaire. Certains regards austères, attirent peu ou prou de l’intérêt. Les photographes d’alors ne réalisaient pas des œuvres d’art, au sens du célèbre Robert Doisneau plus près de nous, mais des productions destinées aux commodités coloniales..."
   Un dossier pourrait être consacré sur ce site à cette manifestation dès les premiers jours d'avril. A suivre donc...

 

 

Emeutes inter-religieuses au Goujerat

   En ce début de mois de mars, c'est par centaines que se comptent les victimes d'affrontements entre hindous et musulmans dans l'état du Goujerat (ouest de l'Inde). Aujourd'hui 3 mars on parle déjà de cinq cents morts !
   C'est le mercredi 27 février que les violences ont commencé : des musulmans ont attaqué et incendié un train dans la ville de Godhra, à 160 km à l'est d'Ahmedabad ; ce train ramenait chez eux des extrémistes hindous en provenance d'Ayodhya. L'attaque a fait 58 morts, femmes et enfants pour la plupart. Les représailles n'ont pas tardé, à Ahmedabad (la capitale) et dans d'autres villes et villages du Goujerat où des maisons, des boutiques de musulmans, des mosquées ont été saccagés et incendiés à leur tour, et où des dizaines de personnes ont été massacrées ou brûlées vives. La police et l'armée se montrent impuissantes à endiguer ce flot de violence. On les a du reste accusées de complicités avec les hindous.On craint une extension de ces affrontements dans d'autres parties de l'Union Indienne, voire dans certaines villes du Pakistan où vivent de petites communautés hindoues - ainsi des mesures de sécurité ont déjà été prises à Karachi.
   On connaît le contentieux qui existe entre les deux groupes religieux depuis "toujours" dans le Sous-Continent. Mais c'est surtout aux événements de 1992 à Ayodhya qu'il faut remonter pour comprendre la situation actuelle. Des hindous avaient alors détruit une mosquée (la mosquée Babri, du XVIème s.), dans le but de construire un temple sur les lieux. Deux mille morts ! C'est le 15 mars 2002 que devait commencer l'édification du temple, selon les projets du Vishwa Hindu Parishad (VHP, Conseil Hindou Mondial). Les musulmans ont donc voulu, à leur façon, s'opposer à cette construction, d'où l'attaque du 27 février.
   Le VHP a quelque peu adouci sa position quant au projet de construction du temple, et a notamment proposé que le lieu choisi soit quelque peu déplacé. Espérons que la ville d'Ayodhya - lieu de naissance de Râma et une des sept villes saintes de l'hindouisme, sainte également pour les bouddhistes - retrouve la paix et la répande sur le reste du pays !
   Puissent également les musulmans et les hindous de la Réunion servir d'exemple pour leur cohabitation pacifique ! Et s'ils se mobilisaient ensemble ?...

   4 mars : Les affrontements continuent. Des heurts violents et des morts ont été signalés à Surate, une des principales villes d'origine de la communauté indo-musulmanr de la Réunion...

   Voyez également un très intéressant article du JIR, daté du 6 mars.

 

 

Communiqué de presse
du Groupe de Dialogue Inter-Religieux de l’Ile de la Réunion : soutien du projet KEO


   Le 7 mars 2002 à partir de 17h30 au Conservatoire de St Pierre de la Réunion sera organisée une conférence publique à l’initiative du Groupe de Dialogue Inter-Religieux de l’Ile de la Réunion.

   A la fin de cette conférence rassemblant les fidèles des différentes religions présentes sur l’Ile de la Réunion, les représentants du Groupe de Dialogue Inter-Religieux de l’Ile de la Réunion et Jean-Marc Philippe, créateur de KEO, co-signeront une charte commune, témoignant que les religions constituant le Groupe de Dialogue Inter-Religieux de l’Ile de la Réunion reconnaissent les valeurs fondatrices de KEO qu’elles partagent, à savoir :

¨ l’unicité de l’être et le respect inhérent qui lui est dû,
¨ la qualité pour chacun d’être considéré comme un représentant à part entière de l’espèce humaine,
¨ le droit pour chacun à prendre la parole,
¨ l’aptitude pour chacun à témoigner de sa propre vie et à être entendu.

   Le Rassemblement Inter-Religieux de l’Ile de la Réunion a donc décidé de s’unir à KEO autour d’une Déclaration de Partenariat et d’un Appel à Adhésion au projet KEO, et d’en soutenir sa finalité.
  
C’est ainsi que le Rassemblement Inter-Religieux de l’Ile de la Réunion engage ses concitoyens de l’Ile à adresser dès maintenant leur message à bord du satellite KEO, afin que les habitants de l’Ile de la Réunion participent pleinement à la réflexion collective initiée par KEO.
   KEO vise par " son appel à messages pour nos lointains descendants " à écouter chacun, en vue de réaliser un monde plus humain entre nous.


   POURQUOI KEO ET l’ÎLE DE LA REUNION ?

   "Habitants de l’Ile de la Réunion, vous êtes l’exemple de ce que sera la Communauté Humaine de demain pour nous tous : un mélange subtil de races, d’ethnies, de confessions et de cultures vivant ensemble harmonieusement depuis près de 3 siècles " déclarait Jean-Marc Philippe, créateur de KEO, lors de son premier voyage sur l’Ile,

" quand le reste du monde se déchire, vous nous donnez une raison "d’espérer : faites savoir que vous avez réussi quand d’autres, ailleurs, continuent de s’entretuer .
   C’est la raison pour laquelle, Jean-Marc Philippe a choisi de revenir personnellement sur l’Ile de la Réunion du 7 au 9 mars prochain pour inviter les Réunionnais à témoigner de leur culture, de leurs manières de vivre, pour nous dire comment ils savent partager leurs différences comme autant de richesses, et empêcher qu’elles ne deviennent facteurs de trouble, et pour les engager à faire monter ce savoir-vivre et leurs expériences à bord de KEO.
   " Vous avez su en toute intelligence, pratiquer la vertu de la tolérance et la mettre en œuvre avec tant de naturel que vos différences sont devenues vos richesses.
   Il n’est qu’à voir les réflexions conduites par le Groupe de Dialogue Inter-Religieux de l’Ile. Et là est la vrai raison qui m’a poussé à faire avec Votre Ile donc avec vous-mêmes, une opération pilote exemplaire, destinée à être donnée à connaître au reste du monde.
   Pour que chacun s’en inspire.
   Voilà les raisons de ma venue chez-vous.
   Ce que j’en attends ? Que le plus grand nombre d’entre vous adresse son message à KEO, et que nos lointains descendants prennent connaissance de votre culture, de vos faits et gestes, de vos manières de vivre.
   Ce que j’en attends aussi ? Que lors du partage entre nous, de tous nos messages rendus anonymes, les témoignages de votre île soient nombreux, qu’ils pèsent sur le résultat des études de contenu ; et qu’ils nous permettent de répondre mieux à la question : " qui sont les Hommes d’aujourd’hui et comment, tous, ensemble pouvons nous réaliser un monde plus humain entre nous ".
   J’espère que je saurai vous convaincre de participer à cette grande œuvre collective qu’est KEO pour que vous aussi, vous soyez nombreux à " réinventer le monde d’aujourd’hui en prenant à témoin nos lointains descendants ".
   Ce que KEO a su faire avec vous, réunir le Groupe de Dialogue Inter-Religieux de l’Ile à sa cause et à sa finalité, KEO ira le faire ailleurs.
   Mais déjà, sur notre site Internet www.keo.org, nous ferons savoir que c’est sur votre île que la première signature inter-religieuse s’est tenue autour de KEO. Et puis, à travers les congrès et les expositions nous le ferons aussi savoir auprès de l’UNESCO et de l’ONU, et vous prendrez valeur d’exemple ".

REUNIONNAIS,
ce que vous avez réussi en trois siècles de cohabitation
est un succès qui a valeur d’exemple.
Témoignez de vous-mêmes, nombreux,
pour contribuer à la réalisation d’un monde plus humain entre nous.


  LE PROJET KEO
• KEO, l’Oiseau Archéologique du Futur, est un satellite qui s'élancera dans l'espace fin 2003 et qui reviendra se poser sur Terre dans quelques 50 milliers d'années. Il rapportera intacts à nos lointains descendants tous les messages que nous leur destinons : chacun sur Terre est invité à envoyer son message (de une ligne à 4 pages soient 6000 signes).

Tous les messages, sans censure aucune, seront embarqués à bord de KEO. Outre nos messages, KEO sera aussi porteur d’autres cadeaux archéologiques chargés de symboles et d’informations.
• KEO invite toutes personnes sur Terre à envoyer un message afin de témoigner de leur vie, confier leurs aspirations, leurs révoltes, exprimer leurs interrogations ou leurs croyances, transmettre une parole ou une simple pensée d’eux-mêmes à leurs lointains petits-enfants.
• Réalisé en dehors de toute influence politique, confessionnelle ou commerciale, le projet KEO est mené par une association Loi 1901 sans but lucratif, de droit français. KEO bénéficie du concours gracieux de tous ses partenaires qui lui offrent chacun, dans leur coeur de métier, l’ensemble des moyens de sa mise en oeuvre. Ainsi de l’industrie spatiale européenne, de l’UNESCO, du Ministère des Affaires étrangères, etc.
• KEO, trait d'union entre les hommes d'aujourd'hui et ceux de demain est aussi un présent des hommes d'aujourd'hui à eux-mêmes. En effet, cadeau archéologique pour nos lointains descendants, l'ensemble de nos messages, rendus anonymes et accessibles à tous par l'Internet après le lancement de KEO fin 2003, nous permettra de poser un nouveau regard sur l'humanité d'aujourd'hui afin de réaliser un monde plus humain entre nous dès maintenant.
• A l’image des grandes réalisations qui marquent et qui jalonnent l’histoire de l’Humanité, KEO s’inscrit dans la lignée des Pyramides et de la Grande Muraille de Chine, sous la forme d’une oeuvre universelle porteuse de la mémoire collective que les hommes du XXIème dans leur ensemble entreprennent d’adresser à leurs lointains descendants, pour les prenant à témoin, s’interroger sur eux-même et leur destin d’espèce.

KEO élu " Projet du XXIème siècle " par L’UNESCO

 

 

Salon de la connaissance de soi et du mieux être

   Le dimanche 3 mars à la Saline a eu lieu la première édition du "salon de la connaissance de soi et du mieux être", à l'initiative de l’Association Réunionnaise Astrologique et de Développement Personnel (ARADP)... L'Inde, sa culture et sa spiritualité étaient à l'honneur, avec notamment un spectacle de danse par la troupe Kalamandram de Saint-André, un défilé de mode, des démonstrations de maquillage, d'épilation ou de drapé du sari... Patrice Louaisel, président de l'ARADP a animé une conférence sur le thème de la spiritualité indienne.
   Voir un article du JIR.

 

 

Candidatures à l'élection de
Miss indienne Réunion

   C'est le 8 juin qu'aura lieu la deuxième édition de Miss indienne Réunion. On se souvient que le lancement de cette nouvelle élection de miss avait, l'an dernier, soulevé un vent de polémique (voir nos archives). Tout s'était terminé dans les paillettes et la bonne humeur avec le couronnement de Shandra Rassaby par la Miss Monde 2000, l'Indienne Priyanka Chopra.
   Dès à présent, les candidates à cette nouvelle élection peuvent se faire connaître auprès du Comité de Miss indienne Réunion, dont le président n’est autre que M. Baïry-Onapa - c'est son association Aryvalayam qui était déjà à l'origine de la première édition. Les numéros de téléphone à contacter sont le 0262 58 20 61 ou le 06 92 77 63 61. "Les jeunes demoiselles devront être d’origine indienne, résidant dans le département, âgées de 18 ans, et mesurant au moins 1,70 m.".

 

Haut de page


Retour au sommaire